Du 16 au 18 novembre 2018 : Journées mondiales des Pauvres

« Au terme du Jubilé de la Miséricorde, j’ai voulu offrir à l’Église la Journée Mondiale des Pauvres, signe concret de la charité du Christ pour ceux qui sont le plus dans le besoin. Aux autres Journées mondiales instituées par mes Prédécesseurs, s’ajoute celle-ci.  »

Quelles Journées Mondiales des Pauvres !

Ce furent 3 jours intenses mais humainement riches. Le travail en amont accompli par le comité de pilotage, le noyau de la charité de Saint-Hippolyte et les bénévoles a payé : Merci à tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette journée !

Ci-après, retour en images et avec quelques témoignages !

« Dès le vendredi soir à Montmartre, nous avons pu vivre une communion avec toutes les personnes présentes. Chacun avait sa place, chacun était reconnu et tous participaient, avec ce qu’il avait, avec ce qu’il était.
Samedi, avec les personnes du « Petit Café » réparties à chaque table, avec la règle :  » les amis de nos amis sont nos amis », nous avons tous eu la possibilité de partager un morceau de notre vie : les sourires même silencieux étaient la manifestation d’une joie profonde qui ne demandait qu’à se prolonger les jours suivants… »
(Marie-Solange)

« Quels moments forts resteront dans notre mémoire ?
1) au forum du samedi matin, à la Maison Caritas :

  • la riche diversité des engagements solidaires vécus dans les différentes paroisses de notre arrondissement dont ont témoigné les participants ;
  • la présence du maire et son petit discours où il a insisté sur la spécificité de l’action de nos associations : il apprécie leur action d’accompagnement individualisé des personnes en précarité, plein de chaleur et d’humanité, lequel est une indispensable réponse à un besoin que les services publics ne sont pas à même d’assurer.

2) au déjeuner du samedi, à Saint-Hippolyte :

  • la qualité des plats dégustés, simples mais tellement goûteux, préparés par les accueillis du « Petit Café » ;
  • les échanges avec des participants du « Petit Café », entre autres sur l’amour de la montagne et de l’escalade, par exemple au cirque de Gavarnie.»

(Françoise)

« Une très bonne journée à refaire. Je me suis amusé avec Mohamed et cela faisait longtemps que je n’avais pas fait autant de cuisine et de plaisir à le faire. Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti ça. Oui j’étais heureux de voir toutes les personnes joyeuses ce jour-là avec un sourire au coin des lèvres. J’ai aimé voir des personnes heureuses de pouvoir manger un bon poulet basquaise. Tu ne peux pas le savoir. Cela Ils m’ont demandé la recette du poulet basquaise et cela m’a touché au cœur. Et je remercie le père Philippe pour l’idée qu’il a eu. »
(Michel, accueilli du « Petit Café » et cuisinier du jour)

« Merci beaucoup au père Philippe, pour votre accueil, votre organisation, le lunch. Tous étaient sympathiques. C’était merveilleux. J’étais très content d’avoir été aussi bien reçu. Je tiens vraiment à remercier les membres de la paroisse Saint Hippolyte avec l’ensemble de son diocèse. Votre cordial accueil, votre disponibilité durant toute la cérémonie à la disposition d’une communauté unie et solidaire sans distinction d’ethnie, de race ni de couleur m’ont touché. Que Dieu, avec l’esprit saint vous donne toutes les forces, les capacités pour accomplir les tâches qui vous sont confiées et les mener à bon escient. »
(Lamine, pianiste du « Petit Café »)


Une nouvelle Journée mondiale

En novembre 2016, à la suite du pèlerinage Fratello à Rome, qui concluait l’année de la Miséricorde, le Pape François a décrété une Journée Mondiale des Pauvres. La première édition a eu lieu l’année dernière.

Cette année, le pape François, dans son message pour la Journée mondiale des Pauvres, a donné comme thème une citation d’un psaume : « Un pauvre crie, le Seigneur entend ». Voici un extrait de son message, dont vous pouvez retrouver l’intégralité ici :
« Les pauvres sont les premiers capables de reconnaître la présence de Dieu et de témoigner de sa proximité dans leur vie. Dieu demeure fidèle à sa promesse, et jusque dans l’obscurité de la nuit, la chaleur de son amour et de sa consolation ne fait jamais défaut. Pour que les pauvres sortent de leur condition dégradante, il leur faut percevoir la présence de frères et de sœurs qui s’occupent d’eux, et ouvrant la porte de leur cœur et de leur vie, les considèrent comme des amis et des familiers. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons découvrir «la force salvifique de leurs existences» et «les mettre au centre du cheminement de l’Église» »

A Paris, cette année, la Journée mondiale des Pauvres se déroulera en fait sur 3 jours :

    • Vendredi 16 novembre : veillée de prière présidée par Mgr Aupetit à la Basilique du Sacré Cœur
    • Samedi 17 novembre : « Portes ouvertes de la Solidarité » dans les 5 vicariats du Diocèse avec des « paroisses pivots » : Saint-Hippolyte est la « paroisse pivot » de l’Est parisien.
    • Dimanche 18 novembre : Journée paroissiale